Tout est politique, y compris le contenu des estomacs.

Il y a quelques années à la suite de ma première intervention dans un colloque à Oxford, j’ai fourni aux organisateurs un article en vue de la publication des actes. Ce projet de publication s’étant probablement perdu dans les limbes et la question de la nourriture ayant fait l’objet d’une polémique politico-religieuse, il m’apparaît donc d’actualité de réécrire ce texte relatant les mésaventures gastronomiques par un ambassadeur français en poste à Londres.

Tout est politique, y compris le contenu des estomacs. Cela l’est encore davantage quand il s’agit de nourriture dans un contexte de tensions religieuses. La dernière décennie du XVIe siècle est marquée en France par le retour des guerres des guerres de Religion. Catholiques extrémistes et pouvoir royal s’affrontent militairement. Le roi de France Henri III est assassiné par un moine fanatique le 1er aout 1589. L’héritier du trône est un protestant, Henri de Navarre, Henri IV. De nombreuses villes vont refuser de reconnaître ce nouveau souverain, considéré comme hérétique. Afin de faire valoir la légitimité de son pouvoir, Henri IV se lance dans une campagne de reconquête et fait appel, pour cela, à son alliée, Élisabeth d’Angleterre.

Notre protagoniste du jour, Jean de la Fin, sieur de Beauvoir la Nocle est un fervent protestant, rescapé de la Saint-Barthélemy, exilé en Suisse comme toute une partie de l’entourage du Prince de Condé. Il participe au tournant des années 1570-1580 à quelques négociations de paix. C’est dans ce contexte qu’il est dépêché auprès de la souveraine anglaise, le 19 aout 1589. Il y restera jusqu’aux premiers mois de 1595.

Hors de sa charge officielle, l’ambassadeur jouit d’une vie mondaine s’inscrivant dans un processus de sociabilité lui-même garant d’une série d’enjeux politiques, diplomatiques, mais relevant également d’une forme de « sphère personnelle » ou « vie privée » de l’individu. Comme serviteur de la couronne de France à l’étranger, le diplomate a pour mission de retranscrire les informations relatives au pays et à la cour dans lesquels il réside ainsi que de répondre aux instructions royales. Certaines lettres diplomatiques sont cependant clairement écrites pour avoir une fonction sociale sans se soucier d’une quelconque transmission de renseignements. La binarité supposée entre le social et le politique (ou personnel et officiel) peut être involontairement renforcée par la présence de requêtes d’ordre privé dans les lettres originellement destinée à un administrateur royal.

Manger de la viande pendant le carême.

L’affaire du « boucher de l’ambassadeur » pendant le carême représente certainement l’évènement le plus significatif de cette interpénétration des formes de requêtes émises par Beauvoir. Tandis que la période de Carême approche, l’ambassadeur français entreprend de demander une dérogation afin que le boucher chez qui il se fournit habituellement tout au long de l’année puisse contrevenir à l’impératif religieux et tout de même le servir :

« Je receus lan passé cest faveur davoir permission que mon boucher me fournist de viande La Caresme, J’en ay faict parler a Monsieur le Maire qui ma faict dire que cestoit a Messieurs du Conseil cest pourquoy je maddresse a vous, m’asseurant que vous considererez que le poisson est fort contraire et a la Colicque et a la goutte et que ce que j’en fais n’est pas pour contrevenir ny aux loix de la Royne ny ordonnances de ce Royaume »1.

Rappelons à toutes fin utile que si le jeûne durant le carême n’est pas proscrit par les protestants, il n’est pas un élément indispensable de cette période comme dans la pratique catholique. Il s’agit plutôt d’un temps de prière et de réflexion puisque l’âme des croyants ne saurait être rachetée par la pénitence. Cependant, les anglicans dans leur pratique toute particulière du christianisme, syncrétisme de pratiques catholiques et luthériennes, ont conservé ces quarante jours de nourriture maigre.

Ainsi, dans un premier temps, l’ambassadeur français s’adresse au conseiller le plus proche de la reine, le Secrétaire Cecil, « Lord Burghey », pour obtenir une dérogation en raison de son état de santé2.

Cette requête est réitérée quelques jours plus tard :

« […] de me faire avoir license pour mon poullahier et mon boucher affin qu’ilz me puisse vendre de la viande la carême vous mavez dict quil ne seroit permis que den vendre pour ma maison, mais vous scavez bien que le boucher ne tuera pas un bœuf pour moy n’y par consequent dautres viandes je vous demande ladite licence telle que je leue lan passé et telle que lont eue les Ambassadeurs mes predecesseurs »3.

Il va de soi que ce type de demande n’entre nullement dans la logique des instructions royales. Par la réflexion selon laquelle il entend demander les licences jadis accordées aux ambassadeurs ses prédécesseurs les autorisant à se servir chez un boucher durant la période de Carême, arguant des raisons de santé, il place cependant cette requête personnelle sur le plan de la diplomatie la plus officielle, mettant en avant sa dignité d’ambassadeur et donc sa fonction représentative de la couronne. Ce procédé pourrait rester dans le domaine de la faveur demandée à un ami haut placé, mais elle dévoile une partie des avantages dont entendent jouir les ambassadeurs en raison de leur qualité. Ces demandes deviennent cependant beaucoup moins personnelles et anecdotiques lorsqu’elles se mettent à impliquer le maire de Londres. Ainsi dans une lettre du 8 mars 1591 Beauvoir se plaint de l’attitude de ce dernier :


« La presente n’est quasi que pour me plaindre a vous de la discourtoisie de Monsieur le Maire de Londre qui non seulment na voulu recevoir mon boucher, mais la refuzé a plat voire avec paroles aygres et de mespris lesquelles je ne pense avoir meritees de nul de ceste nation […] je poursuivois une honeste gratification qui na jamais esté denies a ambassadeur qui precedé. […] je mestois fourny jusques a present dun qui disoit avoir licence de vous et lequel fournissoit aussy Monsieur lambassadeur d’Escosse. Mais le Maire en ayant esté adverty ceste sepmaine la faict ainsy emprisonner et luy a defendu de ne me plus servir. […] Sa Majesté n’entend que les ambassadeurs de ses voysins et bons parents et amys soient traictez de son Maire avec si peu de courtoysie, veu quelle mesme leur faict de lhonneur par clemence et bonté »4.

Par ailleurs comme le souligne Héloïse Hermant à propos de Don Juan de Austria, « la stratégie de communication et de mise en scène des liens noués avec les conseillers et les ministres offrait la possibilité de transformer une affaire opposant deux particuliers en une cause brandie au nom du bien commun contre l’arbitraire et la tyrannie de certaines pratiques gouvernementales »5. À une échelle moindre, celui de la ville de Londres, un processus similaire se met en marche. L’ambassadeur n’explique pas l’attitude du Maire à son égard et se réfugie dans une posture de victime abusée par l’autorité d’un homme qu’il entend pourtant respecter tant il aimerait « mieux manger de la morue du harang et du linq que de fascher le Maire ». Parallèlement, il se permet de relater un autre incident survenu quelques semaines plutôt pour appuyer son incompréhension :


« Je ne scay pourquoy il veu traiter de ceste facon avec moy ce nest pas tout je luy ay faict pleinte quelquefoys de quelques mauvaise garsons qui avoient outragé et battu mes serviteur il m’en avoit promis iustice, il ne la pas faict neantmoins iavois passé le tout soubz silence et nen voulu faire plainte ny a sa Ma ny a Messieurs de son Conseil. Maintenant ie ne me puis taire je ne me plains pourtant pas pour en avoir raison Car je ne veux fascher personne » 6

En réalité ces mésententes s’inscrivent dans une inimitié entamée dès l’arrivée de l’ambassadeur en Angleterre avec la défense de plusieurs marchands français poursuivis en justice par les autorités locales ou par des marchands autochtones. Les intercessions faites par Beauvoir en leur faveur auprès du Conseil de la Reine et de ses principaux ministres entrent dans le cadre de sa fonction d’ambassadeur permanent et, relevant donc de son devoir, sont une constante de son activité professionnelle. Néanmoins, elle permet de mettre en lumière les différentes tensions qui peuvent exister entre des corps aux pratiques sociales et religieuses différentes et des leviers de pression qui peuvent s’exercer pour asseoir son autorité ou au contraire mettre à mal celle d’un étranger. Ici, le maire de Londres n’entend pas se laisser impressionner par un représentant du roi de France qui est obligé d’aller se plaindre auprès des membres du conseil de la Reine. Sans être une remise en cause des pratiques et avantages accordés aux ambassadeurs, il s’agit de cibler spécifiquement les représentants français en amenant sur le terrain politique et religieux des conflits et des rancœurs personnelles. Cette stratégie est similaire du côté français. En effet, cet exemple met en exergue le fait que dans certaines requêtes personnelles formulées, le recours fait à Lord Burghley et l’argumentaire de Beauvoir reposent largement sur le seul privilège que constitue son statut diplomatique. En utilisant un tel procédé, il fait entrer de plain-pied cette querelle personnelle dans la sphère diplomatique, mettant en jeu, par la voie de son propre honneur, celui de la couronne dont il est le représentant.

Mais ce mélange des genres, entre vie sociale et fonction politique, est également un point essentiel dans l’ensemble des relations sociales qu’entretient l’ambassadeur avec son milieu.

Commensalité et vie mondaine.

Entrer dans la vie mondaine de Beauvoir la Nocle revient à décomposer l’expérience de sociabilité pratiquée par celui-ci. Cette sociabilité peut se définir par « l’ensemble des relations qu’un individu entretient avec les autres et des formes que prennent ces relations. »7 Ainsi le bouillonnement de la vie sociale est intrinsèquement lié à la qualité de même qu’à la consistance du réseau relationnel et dans le cas de Beauvoir la Nocle, on retrouve une structuration traditionnelle des groupes partagée entre relations de cour et relations plus amicales. L’interconnexion voire la superposition entre ces deux types de contacts s’explique à la fois par la défense d’intérêts communs, qu’ils soient politiques ou religieux et le partage des mêmes lieux de sociabilité. Néanmoins, s’il n’y a pas de limite stricte entre les amis politiques et privés de l’ambassadeur et si l’activité de l’état est conduite en partie par la lettre privée et par la rhétorique de l’amitié, les amis privés et les patrons politiques appartenant à cette élite sociale font partie de la même audience8. Celle-ci devient alors le canevas de l’expérience sociale. Ces liens d’amitié se fondent traditionnellement sur une logique d’échange de faveurs, mais aussi, dans ce cas précis, sur un partage d’une familiarité presque quotidienne.

Beauvoir évolue donc ordinairement dans une microsociété bien établie dans laquelle il côtoie majoritairement des étrangers, pour la plupart diplomates ou hommes d’État de la couronne d’Angleterre et ponctuellement quelques voyageurs de qualité. Les principaux mécanismes de cette vie mondaine peuvent être déchiffrés à travers la seule correspondance de l’ambassadeur avec Lord Burghley.
Si on remarque que le thème des réceptions ou des fêtes de cour est totalement absent (cela peut s’expliquer à la fois, par l’âge avancé de Beauvoir, mais également par l’austérité prônée par la politique anglicane), le motif de la rencontre, du temps passé entre « amis » et de la bonne chère faite ensemble est, quant à lui, récurrent. L’exemple le plus significatif survient lors de l’été 1592 avec l’arrivée des ambassadeurs du Palatinat9. Ces derniers souhaitent visiter l’une des demeures de Burghley, Theobalds House, particulièrement fameuse pour son jardin à la française inspiré par Fontainebleau et Beauvoir se fait l’intermédiaire de cette requête, demandant même, à son tour, de pouvoir tenir compagnie aux visiteurs10. C’est dans l’entame de sa lettre du 18 juillet portant sur quelque affaire marchande que Beauvoir résume sa visite à Theobalds House :

« La presente sera pour vous donner advis comme hier messieurs les Ambassadeurs du Palatinat apres avoir receu beaucoup de sorte de plaisirs & en dernier lieus des parcs et gardes qui sont soubz vostre charge ; apres avoir faict tresbonne chere en la derniere chasse allerent veoir vostre tres belle maison, laquelle ilz trouverent non seulement belle, mais aussi admirable tant en la situation quen lartifice […] dire avec verité que lesdicts sieurs Ambassad. en sont revenus tres satisffects & contens »11.

Cette occurrence à la « bonne chère » faîte entre personnes de bonne compagnie (et présente pas moins de 18 fois sur l’ensemble du corpus)12 semble être l’activité favorite de notre Français, si bien qu’il se plaint régulièrement de ses propres excès et des conséquences sur sa santé, qu’il s’agisse des effets de la goutte, d’une trop grande consommation de fruits ou de viandes, ou encore d’alcool à l’instar de cette soirée passée en la compagnie de ces mêmes envoyés du Palatinat :

« Vostre messager qui m’apporta hier au soir vos lettres vous aura dict qu’il ne me trouva pas chez moy, mais au logis de monsieur Charon13 ou javois esté invité a soupper avec les ambassadeurs du palatinat, ou la santé de sa serenissime Majesté ne fut oublier (comme elle ne debvoir pour estre ung gage si pretieux a toute la Chrestienté), mais la miene y fut blesser mestant bien senty ceste nuict quen beuvant a la santé dautruy je me faisois malade »14.

L’évocation d’un dernier repas fait aux côtés de ces joyeux compères reflète la réjouissance que lui procurent ses activités sans pour autant s’éloigner de ses préoccupations diplomatiques, et ce indirectement par la simple présence d’hommes issus du même microcosme. Passée l’importance du plaisir que prend Beauvoir, il s’agit avant tout de maintenir un contact déjà étroitement entretenu par la correspondance, mais qui devient plus réel, plus efficace aussi dès lors qu’il se matérialise par la rencontre des protagonistes.

Ainsi, la nourriture tout comme le partage de celle-ci est politique. Elle renvoie à des codes sociaux intégrés par les protagonistes qui permettent de se reconnaître mais également d’affirmer son autorité ou ses prérogatives.

Et pour ce qui est de la licence du boucher de l’ambassadeur, elle ne fut pas obtenue pour l’année 1591.

1 Beauvoir à Lord Burghley 31 janvier 1591, SP 78/23 f° 71.

2 William Cecil fut secrétaire d’État et Grand Trésorier sous le règne d’Élisabeth I. Conseiller le plus proche de la reine, il est en charge de la gestion courante des affaires étrangères du royaume et est par conséquent le premier interlocuteur des ambassadeurs étrangers. Cf. ALFORD Stephen, Burgley : William Cecil at the court of Elizabeth I, Yale University Press, 2008.

3 Beauvoir à Lord Burghley, 5 février 1591, SP 78/23 f° 85.
(Précisons que l’année précédente, c’était Sir Walsingham qui avait octroyé cette licence à Beauvoir et non Burghley SP 78/21 f° 251)

4 Beauvoir à Lord Burghley, 8 mars 1591, SP 78/23 f° 167.

5 Héloïse HERMANT, « De l’information à la mobilisation. Lettres, libelles, réseaux dans la lutte de don Juan José de Austria contre le valido Nithard (1668-1669) » dans Y. BEAUREPAIRE, Entrer en communication…, p.75-104.

6 Beauvoir à Lord Burghley, 8 mars 1591, SP 78/23 f° 167.

7 Pierre MERCKLE, Sociologie des réseaux sociaux, La découverte, Paris, 2011. 

Pour une appréhension plus globale des systèmes sociaux et leur application en réseaux, nous renvoyons à l’article d’Alexis FERRAND, « La structure des systèmes de relations », in L’année sociologique, 1997, 47-1 pp. 37-54. Ainsi qu’aux travaux du projet LABEX « Structurations des mondes sociaux » menés à l’Université Toulouse II http://sms.univ-tlse2.fr/.

Pour une approche des réseaux de correspondance à l’époque moderne BEAUREPAIRE Pierre-Yves (dir.) La plume et la toile : Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Artois Presses Université, Arras, 2002 ; Réseaux de correspondance à l’âge classique (XVIe-XVIIIe siècle), Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006.

8 DAYBELL James, The material letter in Early Modern England : Manuscript letters and the culture and practices of letter-writing. 1512-1635, Palgrave Macmillan, 2012.
À propos de la notion d’amitié à l’époque moderne, Cf. B. HAAN, Ch. KUHNER (dir.) Amitié. Un lien politique et social en Allemagne et en France XIIe-XIXe siècle. (Parution en ligne https://perspectivia.net/receive/ploneimport_mods_00000443 )

9 Beauvoir à Lord Burghley, 13 Juillet 1592, SP 78/28 f° 274.

10 David LOADES, The Cecils: Privilege and Power behind the throne, The National Archives, Kew, 2007, p. 124
.

11 Beauvoir à Lord Burghley, 18 juillet 1592, SP 78/28 f° 294.

12Nous avons travaillé pour la période allant de 1589 à 1595 sur les recueils des State Papers Foreign : France 78/20 à 78/35.

13 Malgré la graphie, il s’agit ici de Noël Caron, seigneur de Schonewale et ambassadeur des États généraux des Provinces Unies en Angleterre depuis 1585.

14 Beauvoir à Robert Cecil, 24 juillet 1592, SP 78/28 f° 308.

Figurer Marie Stuart au XXIe siècle

Le 27 février 2019 sortait en France, le film de Josie Rourke Marie Stuart, Reine d’Ecosse.

La figure de Marie Stuart a fait l’objet d’une certaine fascination depuis son exécution suscitant la curiosité et travaillant l’imagination des auteurs, peintres ou historiens. Reine d’Écosse à six jours, reine de France à seize ans, première femme à régner, en son nom propre, durant six ans sur l’Écosse, mariée trois fois, emprisonnée dix-neuf ans, décapitée, mère du 1er Roi d’Écosse et d’Angleterre, autant d’éléments qui font d’elle une héroïne romantique au-delà du seul territoire insulaire où elle vit le jour.

S’il est toujours difficile d’apprécier une œuvre artistique qui touche pleinement notre domaine de recherche et de spécialité et de se départir d’un certain regard critique, le film Marie Stuart, Reine d’Écosse de Josie Rourke n’échappe pas à ce biais et pose un certain nombre de questions quant au traitement historique du sujet.

Si la photographie, le jeu des actrices et les décors sont remarquables et le film un bon divertissement, l’approche historique, quant à elle, est critiquable sur de nombreux points.

Un biopic qui s’arrange avec l’histoire du personnage

Il y a dans ce film un certain nombre de points qui méritent d’être appréciés à l’instar du rôle, à mon sens encore trop timide, des dames d’honneur des deux reines. Leur présence et leur fonction à la fois de conseillères, protectrices et confidentes s’inscrivent dans la droite lignée de travaux récents sur la question, notamment ceux d’Anna Whitelock1

De la même manière, les sermons de John Knox, déjà critique envers Marie de Guise, exilé en Angleterre et de retour en Écosse en 1559 sont assez réalistes. John Knox,en exil à Genève, écrit en 1558 The First Blast of the Trumpet Against the Monstrous Regiment of Women un pamphlet dans lequel il se plaint de l’idée de voir se multiplier les femmes au pouvoir. En effet, 1558 est à la fois l’année de la mort de Marie Ière, catholique intransigeante et l’avènement d’une seconde reine, Élisabeth, mais c’est aussi une période de régence en Écosse. Œuvrant au développement du presbytérianisme, le prédicateur exalté, campé par David Tennant, adepte des harangues violentes et misogynes n’est en rien une caricature. En 2007 Kristen Walton a d’ailleurs produit une remarquable analyse de la perception de la reine à son retour de France dans une Écosse qui avait en l’espace d’une décennie radicalement changé.2

Enfin, jusqu’à la révolte de son demi-frère le comte de Moray aussi connu sous le nom de Chaseabout Raid, le film fait preuve de cohérence chronologique. Cependant, dans cette chronologie simplifiée à l’extrême manque certains éléments majeurs, à l’instar de la fausse couche de Mary ou des événements conduisant à son exil en Angleterre avant son arrestation.

Parmi les erreurs qui émaillent ce film, Marie Stuart est présentée comme une pure Écossaise, une Stuart défendant son pays et son droit au trône d’Angleterre. C’est oublier qu’elle est avant tout une Guise, fille de Marie de Guise et qu’il ne s’agit pas seulement ici d’un conflit proprement insulaire mais aux enjeux fondamentalement continentaux. Inscrire la rivalité entre Marie et Élisabeth comme seulement centrée sur la couronne anglaise c’est perdre de vue l’importance des enjeux diplomatiques. Le seul ambassadeur présent est celui d’Angleterre, en Écosse, Walter Mildmay. Or, Marie Stuart entretenait une correspondance importante avec le continent, la cour de France, les ambassadeurs français en Angleterre et surtout sa famille de Guise en France et en Lorraine. Il faut se remémorer que Marie a vécu en France dès l’âge de six ans et qu’elle y reste jusqu’à la mort de François II, ne revenant en Écosse qu’en 1561 à dix-neuf ans. Elle grandit et est éduquée à la cour de France et par la même, y construit un réseau qu’elle entretiendra une fois revenu à Édimbourg. Par ailleurs, sans que cela soit problématique (cela reste un film) il est amusant de voir Marie s’exprimer en Français avec un fort accent tout comme on peut observer qu’elle demeure entourée de plusieurs Françaises et donc s’exprime couramment dans cette langue. Paradoxalement, elle semble tout découvrir de son royaume qu’elle a quitté treize ans plut tôt. Or Marie Stuart, fortement influencée par son oncle le cardinal de Lorraine est pourtant fréquemment intervenues dans les affaires d’Écosse et ce, depuis la cour des Valois. En effet, elle a conservé près d’elle un certain nombre de gentilshommes écossais et de dames, s’appuyant notamment sur Georges Seton, l’un des officiers de sa maison et père d’une de ses filles d’honneur : Mary Seton.

À l’ensemble de ces éléments biographiques il faut par ailleurs ajouter que la famille de Guise comme les Valois sont eux-mêmes constamment intervenus dans les affaires écossaises, avant comme après le retour de Marie Stuart. Il est ainsi impensable de la présenter, à 19 ans, comme une reine complètement indépendante, renvoyant ses conseillers et prenant ses décisions seules sans conseils extérieurs.

De plus, il est totalement faux d’affirmer à la fin du film que Marie est plus légitime qu’Élisabeth au trône car Stuart. Ce qui fonde sa légitimité dans la ligne de succession au trône d’Angleterre, c’est précisément son sang Tudor puisqu’elle est, par son père Jacques V, la petite fille de Marguerite Tudor sœur aînée d’Henri VIII. C’est seulement par ce mariage que la maison des Stuart peut prétendre à intégrer la ligne de succession de la couronne anglaise.

Il y a bel et bien une concurrence entre les deux reines. La reine Élisabeth était certes à la fois fascinée et menacée par Marie Stuart, en témoigne les dépêches de l’ambassadeur écossais en Angleterre, James Melville, narrant les multiples questions qu’Élisabeth posait au sujet de sa rivale. Si la question de la reconnaissance des Stuarts dans la succession d’Élisabeth fut un objet d’échanges récurrents et de tensions. Lorsque Marie fut emprisonnée en Écosse en 1567, Élisabeth proposa de l’aider. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles Marie se réfugia en Angleterre à la suite de l’échec de la bataille de Langside en 1568 avant d’être faite prisonnière par des officiers royaux anglais. S’il est, à plusieurs reprises, dans la correspondance entre ces deux femmes, question d’une rencontre, chaque fois ce projet avorta. Ainsi, jamais cette rencontre n’eut lieu.

Marie Stuart entre historiographie nationaliste et hagiographie catholique.

La tradition protestante fait de Marie Stuart une femme manipulatrice et adultère qui, par ailleurs, cherche à confisquer le trône d’Angleterre à sa cousine Élisabeth Tudor arrivée au pouvoir en 1558 après la disparition de son jeune frère Edward puis de sa sœur aînée Marie Ière.3

La martyrologie catholique promeut, de son côté, une reine pieuse, pure, morte pour sa foi. En témoigne les nombreux portraits peints après son exécution et mettant en lumière sa piété à l’instar de cette représentation datant des années 16004

Mary, Queen of Scots (1542-1587) Blairs Museum

La mise en lumière du sang menstruel est assez nouveau dans les films grand public. Mais ce qui relevait jusqu’ici du tabou cinématographique est dans ce contexte associé au discours tenu par Marie se vantant de ne jamais avoir été touchée par son défunt époux François II mais sous-entendant qu’elle est apte à procréer et renvoyant clairement à la pureté et la virginité mariale.

Dans la lignée des œuvres de Walter Scott, la littérature s’est emparée du sujet, imposant l’image d’une belle jeune femme, cultivée. Le XIXe siècle fut un moment phare de la redécouverte de cette figure féminine dramatique qui s’intègre parfaitement dans le mouvement romantique et intègre une dimension de renouveau religieux et politique. Les travaux de Nicole Cadène sur la figure de Marie Stuart et son utilisation au XIXe ont largement contribué à le démontrer.5

Le film de Josie Rourke s’intègre donc dans une longue tradition d’oeuvres mettant en scène la pureté de la reine d’Écosse et le caractère sacrificiel de sa mort, pour son pays, face à l’Angleterre, pour sa religion face au protestantisme triomphant et pour son fils face à ses ennemis politiques.
En 1887, lors du Tricentenaire de sa décapitation, émerge l’idée chez certains évêques de l’ouverture d’un procès en canonisation au côté de 250 autres martyrs anglais et gallois. Bien que sa béatification ait eu le soutien du pape Benoît XV, que ce soit pour des raisons de sensibilité politique ou simplement en l’absence de miracles, cette procédure a sombré dans l’oubli.

Ce film s’inscrit également dans un contexte politique particulier d’affirmation et de médiatisation des velléités indépendantistes écossaises. Le premier projet de film débute en 2007 avant de connaître un temps de latence et de redémarrer entre 2012 et 2017. Depuis 2012 et jusqu’en 2014, la campagne pour le referendum pour l’indépendance de l’Écosse voit une mobilisation importante des partisans de la séparation de l’Écosse et de l’Angleterre. Si le vote avait été favorable à l’indépendance, celle ci aurait eu lieu un 24 mars, soit le jour de l’accession au trône d’Angleterre du premier Stuart, Jacques VI d’Écosse et Ier d’Angleterre. Ces velléités indépendantistes ou du moins autonomistes ne se sont pas démentis dans les années suivantes autour des questions du Brexit et de la volonté du gouvernement écossais et d’une majorité de la population (62%) du pays de rester au sein de l’UE.

Marie Stuart au XXIe siècle est-elle encore Marie Stuart ?

Toute œuvre artistique, même s’appuyant sur des personnages historiques et des époques révolues, est le produit de son temps, intégrée dans un contexte qui lui est propre. Elles est ainsi représentative d’évolutions sociales et sociétales.

Si ce film est basée sur la biographie My Heart is My Own: the Life of Mary Queen of Scots écrite par le très sérieux John Guy, se pose la question non pas d’un parti-pris éventuel entre plusieurs hypothèses mais bel et bien le fait d’inventer des actions, des rencontres et des discours qui n’auraient pu être tenus par le personnage en question en raison du contexte, des constructions mentales du temps et du caractère des personnages historiques traités.

Rappelons que si ce film est un divertissement, les films historiques lorsqu’ils véhiculent des éléments faux sont problématiques car ils sont bien souvent la première, voire la seule porte d’entrée du grand public sur une époque ou un personnage spécifique et c’est particulièrement le cas pour l’histoire étrangère et non contemporaine.

La modernité de ce film réside notamment dans la mise en scène de femmes indépendantes, construite au prisme de l’évolution des rapports sociaux de sexe sous l’effet de la libération de la parole de la femme et de son empowerment dans la sphère publique et professionnelle. Mais la relation entre les protagonistes se construit autour d’une problématique anachronique pour le XVIe siècle.

Ainsi, ce film se fait fort de mettre en avant un exercice du « pouvoir au féminin » revendiquant de faire de ces reines des héroïnes féministes. Cette approche est problématique parce qu’elle est essentialiste et implique qu’il existerait un pouvoir typiquement féminin, une façon de mener une politique, diriger un État qui serait propre aux femmes, reines, princesses ou régentes. Cela sous-entend aussi qu’elles seraient de nature moins violente, moins belliqueuses et plus stratégiques que les hommes. Et si par malheur elles se comportaient comme un homme, alors elles seraient gouvernées par leurs passions quand les hommes sont mus par la raison d’État et leur éducation guerrière. Or qu’est ce qu’être une reine à la Renaissance ? La question fait l’objet d’ouvrages entiers6qu’il n’est pas question de synthétiser ici mais qui renvoient à l’idée de femmes plongées dans un monde d’hommes, de conseillers, de tuteurs, militaires, diplomates, secrétaires, agents… qui ne sont que des hommes. C’est un exercice du pouvoir créé par les hommes pour eux-mêmes dans lequel l’intrusion d’une femme n’est qu’une parenthèse (régence en France, primogéniture avec préférence mâle en Angleterre), dans lequel elle doit se fondre ce qui revient le plus souvent à revêtir les attributs de la masculinité pour faire oublier son statut honni de femme et gouverner en s’exposant à la critique d’hommes gravitant autour du pouvoir royal ou bien s’effacer devant les conseillers et laisser l’image d’une souveraine manipulée en prise aux factions. C’est d’autant plus important que la personne et le corps même des reines est un enjeu politique et diplomatique qui par le mariage et la procréation assure la continuité dynastique et donc celle de l’État limitant ainsi le risque de guerres civiles.

Les travaux sur la réalité du pouvoir des femmes, à différentes échelles, sont une nouveauté (quelques décennies) historiographique encore empreinte de beaucoup de clichés sur l’exercice de ce pouvoir qui conduit jusqu’à la mise en scène d’un rapport de force physique entre Marie et les hommes lors de la révolte du comte de Morlay. Pareillement, la mise en scène d’un gouvernement indépendant par Marie Stuart est anachronique car pour évaluer les capacités de gouvernement de Marie Stuart, il faut considérer l’importance de son environnement familial et l’influence des Guises.

Un autre problème soulevé par ce film, si l’on omet les inventions historiques, est la nature de la relation entre Marie et , qui sert de fil conducteur à l’ensemble de l’œuvre. La nature des relations entre les deux souveraines étaient très complexes. Le film base la relation des deux reines sur une sororité et une union nécessaire dans un monde d’hommes. Ce sentiment passe d’abord par l’emploi permanent de l’expression « ma sœur » qui tend à les mettre dans le même camp, toutes deux face aux hommes et au patriarcat. Or, il s’agit d’un topos de la correspondance entre souverain.e.s que d’appeler son interlocutrice ou interlocuteur « ma sœur » « mon frère » « chère cousine » Même s’il n’existe pas de lien de parenté direct. Ainsi Henri IV n’hésite-t-il pas à s’adresser à la Reine d’Angleterre comme à sa « Très haute, très excellente […] bonne sœur et cousine ».


Lettre de Henri IV à Élisabeth Ière, 10 novembre 1593 (States Papers France volume 32 f°276)

De la même manière, l’opposition, mise en scène, se cantonne à la stricte rivalité personnelle, omettant les aspects religieux, politiques et diplomatiques du conflit. Fonder cette rivalité non sur une querelle politique et successorale mais sur une rivalité personnelle donne à voir la gentille Marie, belle, aux tenues simples et au maquillage naturel, indépendante représentant l’avenir tentant d’apaiser la situation face à une cousine, Élisabeth, représentation de l’ancien monde, rongée par la jalousie, fardée à l’extrême pour cacher les stigmates d’une maladie, sans enfants et plus vieille que sa rivale (qui au passage ne prend pas une ride malgré 19 ans de prison). Ce faisant, cette vision manichéenne joue sur le registre de la femme de pouvoir aigrie, manipulatrice et gouvernée par ses passions d’un côté et de l’autre celle d’une femme innocente, focalisée sur son projet politique, enfanter un héritier qui unira les couronnes d’Angleterre et d’Écosse.

 

En définitive, ce film, loin d’être novateur s’inscrit parfaitement dans une historiographie catholique et nationaliste classique tendant à affirmer la primauté d’un catholicisme tolérant sur le protestantisme exalté, l’indépendance écossaise au sein de la Grande-Bretagne actuelle mais également l’opposition traditionnelle entre deux souveraines qui reprennent des clichés diamétralement opposés jouant sur l’ouverture, la beauté, la jeunesse et le sens du sacrifice de l’une face à l’austérité, l’âge, les passions et l’hérésie de l’autre. Cependant, cette œuvre ne représente en rien la réalité des mentalités et stratégies politiques qui ont pu être à l’œuvre au cours du règne de Marie Stuart. Le personnage est ainsi, à l’instar de ce qui peut fait autour du personnage d’Élisabeth Ier dans d’autres films, modelé pour coller aux représentations du corps féminin et de la place des femmes qui sont en action ou émergent dans la société dans laquelle cette œuvre est produite.7

1 WHITELOCK Anna, Elizabeth’s Bedfellows: An Intimate History of Elizabeth’s Court, Londres, Bloomsbury, 2013.

2 WALTON Kristen, Catholic Queen, Protestant patriarchy. Mary Queen of Scots and the Politics of Gender and Religion, New-York, Palgrave-Macmillan, 2007.

3 BOQUET Guy, « Élisabeth et les premiers Stuarts. Une historiographie en mouvement » Revue d’histoire moderne et contemporaine, T. 34e, No. 4 (Oct. – Dec., 1987), pp. 616-639.

4 TASSI Margaret «Martyrdom and Memory: Elizabeth Curle’s Portrait of Mary, Queen of Scots», The Emblematic Queen: Extra-Literary Representations of Early Modern Queenship. New York, Palgrave-Macmillan, 2013, 101-32 .

5 CADENE Nicol, Marie Stuart selon le XIXe siècle français ou le dilemme d’une héroïne (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00649576/document)
 

6 DUBOIS-NAYT Armel, SANTINELLI Emmanuelle(dir.), Femmes de pouvoir et pouvoir de femmes dans l’Occident médiéval et moderne, Valenciennes : Presses Universitaires de Valenciennes, 2009
GELLARD Matthieu, Une reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Medicis, Paris, Classiques Garnier, 2014.
TRAVERSIER Mélanie, Le journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, Champ Vallon, 2017.
WOODACRE Elena, A companion to global queenship, Amsterdam University Press, 2018.

7 DUMOIS -NAYT Armel, « Les représentations filmiques de Marie Stuart– Une femme de pouvoir dans l’air du temps », Caliban, 27 | 2010, 273-284