Figurer Marie Stuart au XXIe siècle

Le 27 février 2019 sortait en France, le film de Josie Rourke Marie Stuart, Reine d’Ecosse.

La figure de Marie Stuart a fait l’objet d’une certaine fascination depuis son exécution suscitant la curiosité et travaillant l’imagination des auteurs, peintres ou historiens. Reine d’Écosse à six jours, reine de France à seize ans, première femme à régner, en son nom propre, durant six ans sur l’Écosse, mariée trois fois, emprisonnée dix-neuf ans, décapitée, mère du 1er Roi d’Écosse et d’Angleterre, autant d’éléments qui font d’elle une héroïne romantique au-delà du seul territoire insulaire où elle vit le jour.

S’il est toujours difficile d’apprécier une œuvre artistique qui touche pleinement notre domaine de recherche et de spécialité et de se départir d’un certain regard critique, le film Marie Stuart, Reine d’Écosse de Josie Rourke n’échappe pas à ce biais et pose un certain nombre de questions quant au traitement historique du sujet.

Si la photographie, le jeu des actrices et les décors sont remarquables et le film un bon divertissement, l’approche historique, quant à elle, est critiquable sur de nombreux points.

Un biopic qui s’arrange avec l’histoire du personnage

Il y a dans ce film un certain nombre de points qui méritent d’être appréciés à l’instar du rôle, à mon sens encore trop timide, des dames d’honneur des deux reines. Leur présence et leur fonction à la fois de conseillères, protectrices et confidentes s’inscrivent dans la droite lignée de travaux récents sur la question, notamment ceux d’Anna Whitelock1

De la même manière, les sermons de John Knox, déjà critique envers Marie de Guise, exilé en Angleterre et de retour en Écosse en 1559 sont assez réalistes. John Knox,en exil à Genève, écrit en 1558 The First Blast of the Trumpet Against the Monstrous Regiment of Women un pamphlet dans lequel il se plaint de l’idée de voir se multiplier les femmes au pouvoir. En effet, 1558 est à la fois l’année de la mort de Marie Ière, catholique intransigeante et l’avènement d’une seconde reine, Élisabeth, mais c’est aussi une période de régence en Écosse. Œuvrant au développement du presbytérianisme, le prédicateur exalté, campé par David Tennant, adepte des harangues violentes et misogynes n’est en rien une caricature. En 2007 Kristen Walton a d’ailleurs produit une remarquable analyse de la perception de la reine à son retour de France dans une Écosse qui avait en l’espace d’une décennie radicalement changé.2

Enfin, jusqu’à la révolte de son demi-frère le comte de Moray aussi connu sous le nom de Chaseabout Raid, le film fait preuve de cohérence chronologique. Cependant, dans cette chronologie simplifiée à l’extrême manque certains éléments majeurs, à l’instar de la fausse couche de Mary ou des événements conduisant à son exil en Angleterre avant son arrestation.

Parmi les erreurs qui émaillent ce film, Marie Stuart est présentée comme une pure Écossaise, une Stuart défendant son pays et son droit au trône d’Angleterre. C’est oublier qu’elle est avant tout une Guise, fille de Marie de Guise et qu’il ne s’agit pas seulement ici d’un conflit proprement insulaire mais aux enjeux fondamentalement continentaux. Inscrire la rivalité entre Marie et Élisabeth comme seulement centrée sur la couronne anglaise c’est perdre de vue l’importance des enjeux diplomatiques. Le seul ambassadeur présent est celui d’Angleterre, en Écosse, Walter Mildmay. Or, Marie Stuart entretenait une correspondance importante avec le continent, la cour de France, les ambassadeurs français en Angleterre et surtout sa famille de Guise en France et en Lorraine. Il faut se remémorer que Marie a vécu en France dès l’âge de six ans et qu’elle y reste jusqu’à la mort de François II, ne revenant en Écosse qu’en 1561 à dix-neuf ans. Elle grandit et est éduquée à la cour de France et par la même, y construit un réseau qu’elle entretiendra une fois revenu à Édimbourg. Par ailleurs, sans que cela soit problématique (cela reste un film) il est amusant de voir Marie s’exprimer en Français avec un fort accent tout comme on peut observer qu’elle demeure entourée de plusieurs Françaises et donc s’exprime couramment dans cette langue. Paradoxalement, elle semble tout découvrir de son royaume qu’elle a quitté treize ans plut tôt. Or Marie Stuart, fortement influencée par son oncle le cardinal de Lorraine est pourtant fréquemment intervenues dans les affaires d’Écosse et ce, depuis la cour des Valois. En effet, elle a conservé près d’elle un certain nombre de gentilshommes écossais et de dames, s’appuyant notamment sur Georges Seton, l’un des officiers de sa maison et père d’une de ses filles d’honneur : Mary Seton.

À l’ensemble de ces éléments biographiques il faut par ailleurs ajouter que la famille de Guise comme les Valois sont eux-mêmes constamment intervenus dans les affaires écossaises, avant comme après le retour de Marie Stuart. Il est ainsi impensable de la présenter, à 19 ans, comme une reine complètement indépendante, renvoyant ses conseillers et prenant ses décisions seules sans conseils extérieurs.

De plus, il est totalement faux d’affirmer à la fin du film que Marie est plus légitime qu’Élisabeth au trône car Stuart. Ce qui fonde sa légitimité dans la ligne de succession au trône d’Angleterre, c’est précisément son sang Tudor puisqu’elle est, par son père Jacques V, la petite fille de Marguerite Tudor sœur aînée d’Henri VIII. C’est seulement par ce mariage que la maison des Stuart peut prétendre à intégrer la ligne de succession de la couronne anglaise.

Il y a bel et bien une concurrence entre les deux reines. La reine Élisabeth était certes à la fois fascinée et menacée par Marie Stuart, en témoigne les dépêches de l’ambassadeur écossais en Angleterre, James Melville, narrant les multiples questions qu’Élisabeth posait au sujet de sa rivale. Si la question de la reconnaissance des Stuarts dans la succession d’Élisabeth fut un objet d’échanges récurrents et de tensions. Lorsque Marie fut emprisonnée en Écosse en 1567, Élisabeth proposa de l’aider. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles Marie se réfugia en Angleterre à la suite de l’échec de la bataille de Langside en 1568 avant d’être faite prisonnière par des officiers royaux anglais. S’il est, à plusieurs reprises, dans la correspondance entre ces deux femmes, question d’une rencontre, chaque fois ce projet avorta. Ainsi, jamais cette rencontre n’eut lieu.

Marie Stuart entre historiographie nationaliste et hagiographie catholique.

La tradition protestante fait de Marie Stuart une femme manipulatrice et adultère qui, par ailleurs, cherche à confisquer le trône d’Angleterre à sa cousine Élisabeth Tudor arrivée au pouvoir en 1558 après la disparition de son jeune frère Edward puis de sa sœur aînée Marie Ière.3

La martyrologie catholique promeut, de son côté, une reine pieuse, pure, morte pour sa foi. En témoigne les nombreux portraits peints après son exécution et mettant en lumière sa piété à l’instar de cette représentation datant des années 16004

Mary, Queen of Scots (1542-1587) Blairs Museum

La mise en lumière du sang menstruel est assez nouveau dans les films grand public. Mais ce qui relevait jusqu’ici du tabou cinématographique est dans ce contexte associé au discours tenu par Marie se vantant de ne jamais avoir été touchée par son défunt époux François II mais sous-entendant qu’elle est apte à procréer et renvoyant clairement à la pureté et la virginité mariale.

Dans la lignée des œuvres de Walter Scott, la littérature s’est emparée du sujet, imposant l’image d’une belle jeune femme, cultivée. Le XIXe siècle fut un moment phare de la redécouverte de cette figure féminine dramatique qui s’intègre parfaitement dans le mouvement romantique et intègre une dimension de renouveau religieux et politique. Les travaux de Nicole Cadène sur la figure de Marie Stuart et son utilisation au XIXe ont largement contribué à le démontrer.5

Le film de Josie Rourke s’intègre donc dans une longue tradition d’oeuvres mettant en scène la pureté de la reine d’Écosse et le caractère sacrificiel de sa mort, pour son pays, face à l’Angleterre, pour sa religion face au protestantisme triomphant et pour son fils face à ses ennemis politiques.
En 1887, lors du Tricentenaire de sa décapitation, émerge l’idée chez certains évêques de l’ouverture d’un procès en canonisation au côté de 250 autres martyrs anglais et gallois. Bien que sa béatification ait eu le soutien du pape Benoît XV, que ce soit pour des raisons de sensibilité politique ou simplement en l’absence de miracles, cette procédure a sombré dans l’oubli.

Ce film s’inscrit également dans un contexte politique particulier d’affirmation et de médiatisation des velléités indépendantistes écossaises. Le premier projet de film débute en 2007 avant de connaître un temps de latence et de redémarrer entre 2012 et 2017. Depuis 2012 et jusqu’en 2014, la campagne pour le referendum pour l’indépendance de l’Écosse voit une mobilisation importante des partisans de la séparation de l’Écosse et de l’Angleterre. Si le vote avait été favorable à l’indépendance, celle ci aurait eu lieu un 24 mars, soit le jour de l’accession au trône d’Angleterre du premier Stuart, Jacques VI d’Écosse et Ier d’Angleterre. Ces velléités indépendantistes ou du moins autonomistes ne se sont pas démentis dans les années suivantes autour des questions du Brexit et de la volonté du gouvernement écossais et d’une majorité de la population (62%) du pays de rester au sein de l’UE.

Marie Stuart au XXIe siècle est-elle encore Marie Stuart ?

Toute œuvre artistique, même s’appuyant sur des personnages historiques et des époques révolues, est le produit de son temps, intégrée dans un contexte qui lui est propre. Elles est ainsi représentative d’évolutions sociales et sociétales.

Si ce film est basée sur la biographie My Heart is My Own: the Life of Mary Queen of Scots écrite par le très sérieux John Guy, se pose la question non pas d’un parti-pris éventuel entre plusieurs hypothèses mais bel et bien le fait d’inventer des actions, des rencontres et des discours qui n’auraient pu être tenus par le personnage en question en raison du contexte, des constructions mentales du temps et du caractère des personnages historiques traités.

Rappelons que si ce film est un divertissement, les films historiques lorsqu’ils véhiculent des éléments faux sont problématiques car ils sont bien souvent la première, voire la seule porte d’entrée du grand public sur une époque ou un personnage spécifique et c’est particulièrement le cas pour l’histoire étrangère et non contemporaine.

La modernité de ce film réside notamment dans la mise en scène de femmes indépendantes, construite au prisme de l’évolution des rapports sociaux de sexe sous l’effet de la libération de la parole de la femme et de son empowerment dans la sphère publique et professionnelle. Mais la relation entre les protagonistes se construit autour d’une problématique anachronique pour le XVIe siècle.

Ainsi, ce film se fait fort de mettre en avant un exercice du « pouvoir au féminin » revendiquant de faire de ces reines des héroïnes féministes. Cette approche est problématique parce qu’elle est essentialiste et implique qu’il existerait un pouvoir typiquement féminin, une façon de mener une politique, diriger un État qui serait propre aux femmes, reines, princesses ou régentes. Cela sous-entend aussi qu’elles seraient de nature moins violente, moins belliqueuses et plus stratégiques que les hommes. Et si par malheur elles se comportaient comme un homme, alors elles seraient gouvernées par leurs passions quand les hommes sont mus par la raison d’État et leur éducation guerrière. Or qu’est ce qu’être une reine à la Renaissance ? La question fait l’objet d’ouvrages entiers6qu’il n’est pas question de synthétiser ici mais qui renvoient à l’idée de femmes plongées dans un monde d’hommes, de conseillers, de tuteurs, militaires, diplomates, secrétaires, agents… qui ne sont que des hommes. C’est un exercice du pouvoir créé par les hommes pour eux-mêmes dans lequel l’intrusion d’une femme n’est qu’une parenthèse (régence en France, primogéniture avec préférence mâle en Angleterre), dans lequel elle doit se fondre ce qui revient le plus souvent à revêtir les attributs de la masculinité pour faire oublier son statut honni de femme et gouverner en s’exposant à la critique d’hommes gravitant autour du pouvoir royal ou bien s’effacer devant les conseillers et laisser l’image d’une souveraine manipulée en prise aux factions. C’est d’autant plus important que la personne et le corps même des reines est un enjeu politique et diplomatique qui par le mariage et la procréation assure la continuité dynastique et donc celle de l’État limitant ainsi le risque de guerres civiles.

Les travaux sur la réalité du pouvoir des femmes, à différentes échelles, sont une nouveauté (quelques décennies) historiographique encore empreinte de beaucoup de clichés sur l’exercice de ce pouvoir qui conduit jusqu’à la mise en scène d’un rapport de force physique entre Marie et les hommes lors de la révolte du comte de Morlay. Pareillement, la mise en scène d’un gouvernement indépendant par Marie Stuart est anachronique car pour évaluer les capacités de gouvernement de Marie Stuart, il faut considérer l’importance de son environnement familial et l’influence des Guises.

Un autre problème soulevé par ce film, si l’on omet les inventions historiques, est la nature de la relation entre Marie et , qui sert de fil conducteur à l’ensemble de l’œuvre. La nature des relations entre les deux souveraines étaient très complexes. Le film base la relation des deux reines sur une sororité et une union nécessaire dans un monde d’hommes. Ce sentiment passe d’abord par l’emploi permanent de l’expression « ma sœur » qui tend à les mettre dans le même camp, toutes deux face aux hommes et au patriarcat. Or, il s’agit d’un topos de la correspondance entre souverain.e.s que d’appeler son interlocutrice ou interlocuteur « ma sœur » « mon frère » « chère cousine » Même s’il n’existe pas de lien de parenté direct. Ainsi Henri IV n’hésite-t-il pas à s’adresser à la Reine d’Angleterre comme à sa « Très haute, très excellente […] bonne sœur et cousine ».


Lettre de Henri IV à Élisabeth Ière, 10 novembre 1593 (States Papers France volume 32 f°276)

De la même manière, l’opposition, mise en scène, se cantonne à la stricte rivalité personnelle, omettant les aspects religieux, politiques et diplomatiques du conflit. Fonder cette rivalité non sur une querelle politique et successorale mais sur une rivalité personnelle donne à voir la gentille Marie, belle, aux tenues simples et au maquillage naturel, indépendante représentant l’avenir tentant d’apaiser la situation face à une cousine, Élisabeth, représentation de l’ancien monde, rongée par la jalousie, fardée à l’extrême pour cacher les stigmates d’une maladie, sans enfants et plus vieille que sa rivale (qui au passage ne prend pas une ride malgré 19 ans de prison). Ce faisant, cette vision manichéenne joue sur le registre de la femme de pouvoir aigrie, manipulatrice et gouvernée par ses passions d’un côté et de l’autre celle d’une femme innocente, focalisée sur son projet politique, enfanter un héritier qui unira les couronnes d’Angleterre et d’Écosse.

 

En définitive, ce film, loin d’être novateur s’inscrit parfaitement dans une historiographie catholique et nationaliste classique tendant à affirmer la primauté d’un catholicisme tolérant sur le protestantisme exalté, l’indépendance écossaise au sein de la Grande-Bretagne actuelle mais également l’opposition traditionnelle entre deux souveraines qui reprennent des clichés diamétralement opposés jouant sur l’ouverture, la beauté, la jeunesse et le sens du sacrifice de l’une face à l’austérité, l’âge, les passions et l’hérésie de l’autre. Cependant, cette œuvre ne représente en rien la réalité des mentalités et stratégies politiques qui ont pu être à l’œuvre au cours du règne de Marie Stuart. Le personnage est ainsi, à l’instar de ce qui peut fait autour du personnage d’Élisabeth Ier dans d’autres films, modelé pour coller aux représentations du corps féminin et de la place des femmes qui sont en action ou émergent dans la société dans laquelle cette œuvre est produite.7

1 WHITELOCK Anna, Elizabeth’s Bedfellows: An Intimate History of Elizabeth’s Court, Londres, Bloomsbury, 2013.

2 WALTON Kristen, Catholic Queen, Protestant patriarchy. Mary Queen of Scots and the Politics of Gender and Religion, New-York, Palgrave-Macmillan, 2007.

3 BOQUET Guy, « Élisabeth et les premiers Stuarts. Une historiographie en mouvement » Revue d’histoire moderne et contemporaine, T. 34e, No. 4 (Oct. – Dec., 1987), pp. 616-639.

4 TASSI Margaret «Martyrdom and Memory: Elizabeth Curle’s Portrait of Mary, Queen of Scots», The Emblematic Queen: Extra-Literary Representations of Early Modern Queenship. New York, Palgrave-Macmillan, 2013, 101-32 .

5 CADENE Nicol, Marie Stuart selon le XIXe siècle français ou le dilemme d’une héroïne (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00649576/document)
 

6 DUBOIS-NAYT Armel, SANTINELLI Emmanuelle(dir.), Femmes de pouvoir et pouvoir de femmes dans l’Occident médiéval et moderne, Valenciennes : Presses Universitaires de Valenciennes, 2009
GELLARD Matthieu, Une reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Medicis, Paris, Classiques Garnier, 2014.
TRAVERSIER Mélanie, Le journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, Champ Vallon, 2017.
WOODACRE Elena, A companion to global queenship, Amsterdam University Press, 2018.

7 DUMOIS -NAYT Armel, « Les représentations filmiques de Marie Stuart– Une femme de pouvoir dans l’air du temps », Caliban, 27 | 2010, 273-284